Histoire

               « De même un peuple qui ne connaît pas sa propre histoire est borné au présent de la génération actuelle : il ne comprend ni sa nature, ni sa propre existence, dans l’impossibilité où il est de les rapporter à un passé qui les explique ; il peut moins encore anticiper sur l’avenir. Seule l’histoire donne à un peuple une entière conscience de lui-même. L’histoire peut donc être regardée comme la conscience raisonnée de l’espèce humaine... »

Arthur Schopenhauer 1788 - 1860

 

               Après la mort de Franco, dès le début de la démocratie, des voix se sont élevées en Espagne pour refuser la version « simpliste » de la guerre civile comme un conflit fratricide dont tous les espagnols seraient coupables à égalité, pour exiger la condamnation du régime franquiste et la reconnaissance de ses victimes. A la fin des années 1990 ces revendications prennent de l'ampleur et bénéficient d'un relais médiatique. Au début des années 2000 est créée l'Association pour la Récupération de la Mémoire Historique (ARMH) qui encourage les exhumations des fosses dans lesquelles gisent depuis la guerre civile les victimes du franquisme pour leur donner une sépulture décente.

Le 22 juin 2006 l'année 2006 fut déclarée par le Congrès des députés comme « année de la Mémoire historique ». Le 28 juin suivant, le gouvernement présenta un projet de loi sous le nom de « Proyecto de ley por la que se reconocen y amplían derechos y se establecen medidas en favor de quienes padecieron persecución o violencia durante la guerra civil y la dictadura ».

C'est durant le mois d'octobre 2007 qu'aboutirent les négociations dans le but de finaliser le projet de loi pour qu'il soit voté avant la fin de la législature.

Bien que cette loi permette de se pencher sur les événements qui se sont déroulés depuis et pendant la guerre civile, même si cette loi permet de redonner une dignité aux victimes du franquisme retrouvés dans les fosses communes (charniers où l'on entassait les victimes exécutées sans aucun jugement préalable), une grande partie de l'histoire d’Espagne se situe hors de ses frontières depuis la Retirada de 1939 jusqu'au retour à la démocratie en 1978, elle est méconnue des Espagnols.

 

C'est le moment d'évoquer les réflexions morales introduites dans l'histoire. De la connaissance de celle-ci, on croit pouvoir tirer un enseignement et c'est en vue d'un tel bénéfice qu'un travail de mémoire historique a été réalisé par de nombreuses associations de descendants républicains espagnols en exil, notamment en France.

Les bons exemples élèvent l'âme de la jeunesse, et devraient être utilisés pour l'éducation morale des enfants, pourtant ce passage reste méconnu d'une très grande partie de la société espagnole et complètement absente des manuels d'histoire de l’enseignement à tous les niveaux.

 

Les destinées du peuple espagnol en exil se mêlent à celle d'une France et se retrouvent par la force des choses liées à l'histoire de l’Hexagone. La libération de Paris le 24 août 1944, la construction de la Ligne Maginau, les républicains espagnols dans la Résistance..., et plus près de nous le Pont de Pierre de Bordeaux sauvé par le républicain Pablo Sanchez ou encore la construction de la base sous-marine où les malheureux travailleurs forcés sont encore emmurés, sont des événements peu connus de part et d'autre des frontières.

 

Avec ces diverses associations, Nouvelle Aquitaine Andalousie a commencé un travail de restitution de cette histoire au peuple espagnol en rassemblant toute cette mémoire, fruit d'un très long et douloureux travail qui servira à mieux comprendre et à mettre à jour les livres scolaires d'histoire destinés à une jeunesse en quête d'identité et ainsi se projeter dans un futur avec les connaissances basiques pour évaluer leur responsabilité dans la consolidation d'une nouvelle société démocratique.

 

Le 24 aout dernier au siège de l'association 24 aout 1944 La Nueve à Paris, c'est créer un collectif porteur du projet de restituer l'histoire d’Espagne hors de ses frontières au gouvernement espagnol de façon à rectifier de mettre à jour les manuels d'histoire et livre scolaires.

L'acte de création fut remis lors des commémorations de la libération de Paris à Mesdames Carmen Calvo vice présidente du gouvernement espagnol et Anne Hidalgo mairesse de la ville Paris.

Le lendemain 25 aout, l'équipe se mettait au travail, la tâche est rude, il s’agit de rassembler tous les actes, événements historique de 1933 à 1992 auxquels participèrent les émigré(e)s espagnols en dehors de leurs frontières. D'autres pays se joignent à cet ambitieux projet nous comptons également avec la Belgique, la Suisse, le Luxembourg, l'Allemagne, la Russie et le Mexique cela grâce aux associations de récupération de la mémoire historique démocratique de chaque pays.

Nous devons ensuite répertorier, trier, dater, numériser... tous les documents que nous réceptionnerons pour les introduire dans une encyclopédie littéraire, un documentaire fiction et une bibliothèque bases de donnés virtuelle disponible sur le web.

Tout aide et tout témoignage seront les bienvenus à l'édification de cet ouvrage.

â

Réagissez, proposez un sujet, commentez...